Avertir le modérateur

26/11/2009

Aubry : un an à la tête d’un PS souffrant

Pour 40% des Français, la première secrétaire est une bonne opposante à Nicolas Sarkozy. Les Français lui demandent en priorité « d’arrêter les polémiques internes ». Décryptage de la méthode Aubry, depuis son arrivée à la tête du PS


martine-aubry.jpgHier soir, Dominique Strauss-Kahn, invité de Michel Denisot sur Canal +, n’a rien lâché, ou si peu. Tout le monde attendait la petite phrase qui aurait fait l’effet d’une bombe… Officiellement, il ne lâchera pas son mandat au FMI pour être candidat aux présidentielles en 2012. Pas un mot sur l’état du PS, pas un commentaire sur les un an de gouvernance de Martine Aubry à la tête du PS «droit de réserve» oblige,  mais il le garantit: «je me tiens au courant de l’actualité française…» : sous entendu, surtout celle du PS. Ce soir, Martine Aubry aura elle aussi aura sa grand messe médiatique : invitée d’Arlette Chabot dans «A vous de juger» a 20h35 sur France2, la première secrétaire participera à deux débats : le premier avec Jean-François Copé autour de l’identité nationale, et le second avec Marielle de Sarnez sur les stratégies d’alliances du PS pour les régionales. Une émission en forme de retour sur les 365 jours de dure gouvernance d’un parti socialiste en crise d’identité.

Le 25 novembre 2008, Martine Aubry, maire de Lille succède à François Hollande à la tête du PS. Une victoire, au Congrès de Reims, sujet à polémique : Ségolène Royal assure que la victoire lui a été volé : en cause, un « système bien administré de fraudes » et de triches. Depuis, Ségolène Royal a pris ses distances avec l’appareil socialiste, avec « Désirs d’avenir ». Tant bien que mal Martine Aubry, tente de sauver la face.

A la Rochelle, dans un discours musclé, la maire de Lille prend enfin l’habit de « patronne ». L’adage, en politique, veut que ses meilleurs ennemis soient à l’intérieur de son parti : la première secrétaire en a fait la triste constatations. Voulant agir sur le fond, elle se retrouve, prise malgré elle, en pleine guerre des ego. Comment gérer les conflits en refusant de les commenter ?  Dans un sondage TNS Sofrès/ Logica pour France2 et le syndicat de la presse quotidienne régionale publié aujourd’hui, les Français exigent en priorité que Martine Aubry mettent fin aux conflits internes et qu’elle élabore un vrai projet alternatif pour la France. Une image désastreuse pour l’opinion publique, selon certains élus socialistes… Les combats incessants entre les personnes (le clash entre Ségolène Royal et Vincent Peillon à Dijon en est une illustration) ne cacheraient elle pas, en fait, un combat des courants ? Dans le même sondage, 29% des Français pensent le PS doit davantage se positionner à gauche, quand 29% pensent que le PS doit s’ancrer plus au centre. Un dilemme que Martine Aubry a tranché en fin de semaine dernière en déclarant souhaiter une «large régularisation» des sans-papiers selon des critères objectifs, en approuvant le mariage homosexuel, et en fustigeant le débat initié par Eric Besson sur l’identité nationale. Un virage à gauche qui la démarque sensiblement de son collègue du FMI, connu pour ses positions plutôt sociaux libérales.

Depuis quelques mois, certains estiment que Martine Aubry n’a pas de stratégie, qu’elle navigue à vue… Durant tout l’automne, la maire de Lille a effectué sont tour de France pour dialoguer avec les Français. Objectif de la manœuvre ? Occuper le terrain, en se mettant à l’écart des luttes intestines, «Je ne suis pas là, même s’il y en a que ça intéresse, pour parler des petites phrases» a t-elle asséné au congrès du MJS à Grenoble. La maire de Lille aurait des envies de scrutin national en 2012, d’ailleurs elle y penserait en «se coiffant le matin» à en croire un titre de Libération… Son arme pour 2012 ? «Rassembler, toujours rassembler…» un désir qui reste depuis le congrès de Reims… un désir, mais pas une réalité. Sa décision d’entériner le projet de primaire ouverte est un symbole fort, tout de même, de la lente marche vers une reconstruction du PS.

aubry2.jpg
Les élections régionales auront valeur de test pour le PS. Le parti espère garder ses 20 régions. Les récentes polémiques autour de Nicolas Sarkozy (Epad, affaire François Mitterand notamment) risque de fragiliser l’UMP, qui sait que ces élections ne lui sont pas favorables. De toute manière, une victoire de la gauche serait mécaniquement un succès pour Aubry. Un succès en trompe l’œil.  Les Français, toujours selon le même sondage, espèrent que les primaires interviennent vite après les régionales. Un message subtil adressé aux barons socialiste : plus vite la question du candidat en 2012 sera tranché, plus vite on pourra parler du fond. Martine Aubry, devrait ce soir, donner son tempo politique. L’enjeu de la soirée ? Démontrer son leadership au sein du PS.   

Thibaut Mougin

Une autre analyse des Echos

© Le Figaro

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu