Avertir le modérateur

24/03/2009

10 millions d'euros pour les victimes du nucléaire

Les victimes des 210 essais nucléaires français, menés de 1960 à 1996 dans le Sahara et en Polynésie, seront indemnisés à hauteur de 10 millions d'euros. Hervé Morin a dévoilé ce mardi un projet de loi en ce sens. Un texte très attendu des associations de vétérans et par les populations concernées.

Le ministre de la Défense, Hervé Morin, a déclaré au Figaro qu'une première enveloppe de 10 millions sera allouée cette année à l'indemnisation des victimes.

"Environ 150 000 travailleurs civils et militaires sont théoriquement concernés, sans compter les populations qui vi­vaient au Sahara et en Polynésie à l'époque des essais" bombe.jpga déclaré le ministre Hervé Morin dans un entretien au Figaro daté de ce mardi. Les travailleurs étaient employés par la Défense mais aussi par le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) ou par les sous-traitants.

 

Renversement de situation

Les victimes, civiles et militaires, n’auront plus à prouver le lien de causalité entre l’exposition à des radiations et leurs maladies. Une commission indépendante de 9 membres, constituée de médecins et présidée par un magistrat, examinera leurs dossiers sur la base des données du Comité scientifique des Nations Unies pour l’effet des rayonnements ionisants (Unscaer). Une liste de 18 maladies (leucémie, cancers du sein ou de la thyroïde…) a été fixée. Cette liste pourra être étendue en fonction des évolutions médicales. La Commission aura six mois pour émettre une proposition d’indemnisation.

Au contraire, pour refuser une indemnisation, le comité devra prouver au plaignant concerné que sa maladie n’a pas été causée par une exposition aux radiations. Le ministère a renoncé à fixer un seuil d’exposition minimal.

Un long chemin

Depuis 1988, les Etats-Unis reconnaissent le lien entre l'exposition radioactive lors d'essais nucléaires pour 31 maladies. La France, elle, a pris son temps. En dix ans, sous la houlette du président de l'association des vétérans des essais nucléaires, Michel Verger, une vingtaine de propositions de loi ont pourtant été déposées au Parlement. "Quand j'ai abordé la question dès l'été 2007, l'accueil de mes services et des autres ministères a été réservé," se justifie le ministre de la Défense. Pendant ce temps, les plaignants devaient porter leur plainte individuellement devant les tribunaux. " Il était (...) important d'éviter des procédures judiciaires longues et aléatoires à nos concitoyens qui, souvent avec beaucoup de conviction, ont permis à notre pays de faire partie des grandes puissances militaires de la planète," a encore déclaré Hervé Morin.

 

ag30_915084_2_px_470_.jpg

Michel Verger soutient Djamel Ouahab, réalisateur de Gerboise bleue, un documentaire sur les essais nucléaires français en Algérie.

Le texte devrait être proposé au Parlement avant la fin du semestre.

Haude-Marie Thomas

 

POUR ALLER PLUS LOIN:

Dans la presse:

- "Dix millions d'euros pour les victimes d'essais nucléaires", Le Figaro, 24-03-09

- "Essais nucléaires: des militaires français demandent réparation", Le Monde, 26-02-09

- "C'est le dernier grand mensonge d'Etat", Ouest-France, 20-02-09

- "Essais nucléaires: la France condamnée", Le Figaro, 30-11-07

- "Des cancers dus aux essais nucléaires", Le Figaro, 03-08-06

Sur la toile:

"Victimes des essais nucléaires: la défense inverse la charge de la preuve", Le blog défense de Libération, 24-03-09.

Eléments d'information:

- Proposition de loi relative à la reconnaissance ou à l'indemnisation des victimes des essais ou accidents nucléaires par la députée Christiane Taubira.

- La carte des essais nucléaires, Observatoire des armes nucléaires françaises.

- Site du ministère de la défense

Les associations de vitimes:

- AVEN, association des vétérans des essais nucléaires

- L'association Moruroa e tatou, association des anciens travailleurs et des victimes de Moruroa et Fangataufa (sites nucléaires français)

 

L’Etat veut priver Thierry Morin de son parachute doré

front-34-image-314043.jpg

Ce matin, le journal Libération a révélé un nouveau scandale patronal : le PDG Thierry Morin quitte Valéo avec un parachute doré de 3,2 millions d’euros (soit deux ans de salaire). 
Une somme étourdissante à en juger l’état de santé du sous-traitant automobile qui a perdu 207 millions d’euros en 2008, et prévoit 1600 suppressions d’emplois.
Cette prime de départ ne laisse ni la majorité, ni l’opposition de marbre. Ce matin sur Europe 1, Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, annonçait que l’Etat s’opposerait au versement du parachute doré : « L'Etat a accompagné cette société et je trouve choquant que dans le contexte actuel, on mette en place ce type de rémunération ». Avec la création du fonds d’investissement stratégique, l’Etat a injecté en février 19 millions d’euros d’aide, et possède 8 % du capital du groupe. Eric Woerth, ministre du budget, juge « anormal et provocateur » que Thierry Morin perçoive une telle somme. Le député socialiste Claude Bartolone estime qu’il faut une loi sur les rémunérations des chefs d’entreprises.
Selon le rapport du groupe, pour que la totalité de la prime soit attribuée au PDG de Valéo, le dirigeant devait satisfaire à des critères de performance. Morin est ainsi jugé sur cinq critères. Selon l’Etat, il n’en a rempli que trois, mais pour le conseil d'administration pas question d’imputer au PDG la perte de l'exercice due au plan de restructuration.

Laura Sprung

Sources : Libération, Le Figaro.fr, Europe 1, Reuters, AFP

 

Google Phone: une nouvelle bataille commence

 

Bureau de Google Phone 0.jpg

Alors que SFR a obtienu l’autorisation de commercialiser l’iPhone d’Apple dès le 8 avril, les deux fournisseurs téléphoniques déplacent cette concurrence sur le Google Phone. Deux jours après l’annonce par SFR du lancement le HTC Magic « G2 », second smartphone du constructeur taïwanais exploitant le système d’exploitation Google Android, Orange a débuté dès 12 mars la commercialisation du HTC Dream « G1 », premier smartphone sous Android.

Q : Qu’est-ce que c’est Google Phone ?

R : Le Google Phone est le premier téléphone mobile équipé du logiciel d’Android, le système d’exploitation de Google. Il est, comme iPhone d’Apple, conçus pour l’Internet mobile.

Le Google Phone sont équipés des services Google : son moteur de recherche, sa messagerie Gmail, son logiciel de cartographie Googlemaps, sons site de vidéo YouTube, ainsi que Android Market, la boutique d’applications de Google, l’équivalente d’AppStore chez Apple.

Q : C’est difficile de choisir entres le Google Phone et l’iPhone de l’Apple…

android_vs_iphone.jpg
R : Oui. Le système d’exploitation Android offre un lot de fonctionnalités utiles et faciles d’utilisation qui sont « concurrents », surtout dans ce printemps où la couleur blanche de THC Magic jouerait l'iPhone Killer. D'après un client qui a pu « touché le Google Phone » , celui-ce est « un peu trop clac clac ».

Selon Samuel Loiseau, un directeur marketing de SFR, il n'existe pas une concurrence sur le marché. Le HTC Magic cible les moins de 35 ans qui passent tout leur temps sur Internet, qui sont de gros utilisateurs de Facebook et de YouTube. L'iPhone a un public plus large, il vise tous ceux qui ont un iPod, qui aiment l'univers Apple. Mais cette déclaration ne peut pas répondre aux questions qu'ont posé quelques commentaires : l'objectif de Google n'est-il pas de résoudre ses problèmes - introduire plus de personne dans son pub?

Q : Quelles sont les différences entre le G1 d’Orange et le G2 de SFR ?
R : Les deux modèles disposent tous d’un grand écran tactile de 3,2 pouces, d’une connectique 3G+, d’une puce GPS.
Le HTC Dream, le « G1 » attendu chez Orange, dispose d’un clavier mécanique, coulissant sous l’écran.
Le HTC Magic, le « G2 » de SFR dispose quand à lui de la toute dernière version de Google Android, mais Orange proposerait à ses clients une mise à jour du logiciel dans les toutes prochaines semaines.
Le G1 d’Orange pèse près de 160 grammes contre 118,5 grammes pour le G2 de SFR. Mais la principale différence réside dans la taille de la mémoire ROM. Le G1 dispose de 256 Mo de ROM quand le G2 en a 512.

Vidéo: présentation du Google Phone THC Dream (G1) d'Orang

Vidéo: présentation du Google Phone THC Magic (G2) qu'attend SFR



Q : Les nouvelles technologies coûtent cher...
R : A la fin d'octobre 2008, le Google Phone a été vendu aux Etats-Unis à un prix inférieur à l'iPhone 3G: 179 dollars au lieu de 199. En France,  ces deux téléphones mobiles seront vendus au même prix, soit 99 euros chez SFR et Orange. Les forfaits du Google Phone devraient être comparables à ceux de l’iPhone : 41,90 euros par mois, pour une heure de communication vocale, des SMS illimités et l’accès à Internet sans fil illimité, via la 3G et le réseau Wi-Fi de SFR fort de 1,5 million points d’accès.

11:19 Publié dans High-Tech | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu