Avertir le modérateur

24/03/2009

"Controverses" à la BNF

« Controverses » photographiques à la BNF

 


TOSCANI.jpg

Oliviero Toscani, Kissing-nun, 1992

Peut-on tout montrer, même les corps à l’agonie dans un camp de concentration ? La photo constitue-t-elle une preuve ? Un cliché insoutenable peut-il changer le cours de l’histoire ? Pourquoi une image heurte-t-elle les consciences ici et indiffère-t-elle ailleurs ?
Débats éthiques, batailles judiciaires, fascination et manipulation, les grandes photos qui font l’histoire racontent les tabous de leur temps à travers « Controverses », exposition présentée à la Bibliothèque Nationale de France jusqu’au 24 mai 2009. L’exposition s’articule autour d’un parcours chronologique de quatre-vingts images, prises entre 1854 et 2007. Toutes ont été choisies parce qu’elles ont choqué voire scandalisé, parce qu’elles ont été au cœur de controverses et de procès retentissants, provoquant parfois le succès ou la perte de ceux qui les avaient réalisées. Se cotoient ainsi les batailles sur les droits d’auteurs, avec le célèbre portrait du Che par Korda, ou encore la violation de la vie privée, dès la fin du XIXe siècle, avec un cliché de Bismarck sur son lit de mort ou avec le Baiser de l’Hôtel de Ville de Doisneau.
Au début de l’aventure « Controverses », il n’y avait que le projet d’un ouvrage entre l’historien de l’art Daniel Girardin et l’avocat Christian Pirker. Pour ce faire, ces deux experts suisses rassemblent près de 400 images et reconstituent leurs histoires et leurs enjeux. Du fruit de leur travail naîtra une exposition à succès au musée de l’Elysee de Lausanne en 2008, aujourd’hui transférée à Paris. «Toute photographie raconte un fragment de vie avec toute la subjectivité qu’elle comporte. Ce qui nous a intéressés, c’est le débat public. L’essentiel, c’est l’image, mais aussi la perception qu’a chacun de l’image : le débat public enrichit cette perception. C’est une des raisons pour lesquelles nous avons voulu montrer les positions qui s’affrontent sans prendre parti. En cela, cette exposition est un appel à la tolérance.», commente Daniel Girardin.
Fallait-il photographier l’agonie de la petite Omayra, en Colombie, qui mit près de cinq jours à mourir devant les caméras du monde entier ? Ou cette minuscule enfant qui se traîne dans les sables gris du Soudan et que guette déjà un vautour affamé ? Le photographe sud-africain Kevin Carter, couronné en 1994 par le prestigieux Prix Pulitzer pour cette illustration de la guerre civile et de la famine au Soudan, s’est suicidé deux mois plus tard, accusé lui-même d’être ce vautour qui attend son heure. Réalité ou représentation, quel est le plus terrible à soutenir du regard ?
D’autres images posent la question des limites de la liberté d’expression des photographes. Les normes de représentation et les mentalités changent d’une époque à l’autre, d’un pays à l’autre, ainsi que les critères de ce qui est ou non acceptable. Ainsi, les portraits ambigus de fillettes par l’écrivain Lewis Caroll, en pleine époque victorienne n’ont jamais été interdits. Plus près de nous, les photographies publiées par Annelies Strba de sa fille de douze ans dans son bain, lui ont valu, à l’occasion d’une exposition à Londres en 2002, un procès pour le caractère « pédophile et blessant » de l’image.

« Controverses » est une exposition qui donne à voir mais aussi à réfléchir. Elle illustre le regard que les sociétés portent sur les images de leur temps. Enfants dénudés, charniers de camps de concentration, scènes sado-masochistes, chaque époque a son ange noir. Une exposition passionnante mais à ne pas mettre dans toutes les mains.

Roxane Pour

 

 

Photo 1: Nasa, Buzz Aldrin on the Moon, July 20, 1969

Le 20 juillet 1969, Apollo 11 se pose sur la lune. L'homme fait ses premiers pas sur le satellite terrestre devant des millions de téléspectateurs. L'image est émouvante et marque durablement les esprits. Ces images, films et photographies marquent aussi la victoire éclatante de l'Ouest sur le bloc de l'Est. Pourtant, quarante ans plus tard, certains contestent encore la réalité de cet évènement. Les accusations de falsification débutent dès 1969, mais prennent une plus grande ampleur au tournant du millénaire. Parmi les rumeurs qui circulent, certaines prétendent que la Nasa aurait trompé le monde entier en simulant en studio ou dans les déserts américains les expéditions lunaires. Selon cette théorie du complot, La Nasa aurait prêté à Stanley Kubrick un objectif de caméra très sophistiqué pour tourner les scènes nocturnes de Barry Lyndon sans éclairage artificiel, et qu'en échange le metteur en scène de L'Odyssée de l'espace aurait tourné en studio les images des premiers pas de l'homme sur la lune.

Photo 2 : Lewis Carroll, Alice as a Beggar Child, 1859.

L'écrivain Lewis Carroll fait l'objet d'une polémique vieille de cent cinquante ans car il n'a cessé d'attiser la curiosité en raison de son amour pour les enfants. L'auteur d'Alice au pays des merveilles rencontre Alice Liddell, fille du doyen du Christ Church College d'Oxford en 1856. Un lien se noue rapidement entre l'enfant et l'adulte. Le portrait de cette jeune fille en mendiante a nourri les rumeurs au sujet de l'affection de Carroll pour l'enfant. L'image serait la preuve du caractère pervers et immoral de l'écrivain. Le regard direct et provocateur de la jeune Alice , sa position et son habillement suggestifs trahiraient le désir sexuel du photographe.

Photo 3 : Man Ray, Noire et Blanche, 1926.

"Créer est divin, copier est humain" affirmait Man Ray, photographe et figure majeure du dadaîsme et du surréalisme. Artiste emblématique de l'avant-garde de l'entre-deux guerres, Man Ray a produit une oeuvre photographique conséquente, composée de tirages originaux, et d'autres plus tardifs. Il se préoccupait peu de l'éparpillement de ses négatifs et confiait toujours le travail de tirage à des laboratoires, favorisant ainsi une large dispersion de son oeuvre. A la fin des années 1980, les tirages originaux de Man Ray atteignent des prix considérables et sont de plus en plus recherchés par les collectionneurs et les musées. En 1997, une affaire de copies vintage de ses oeuvres éclate (affaire Bokelberg). La méfiance s'installe et de nombreux musées et collectionneurs se découvrent propriétaires de tirages douteux. Cette affaire révèle que des faux peuvent exister en photographie, comme en peinture ou en gravure.

 

Informations pratiques:

"Controverses" du 3 mars au 24 mai 2009

BNF-Site Richelieu, 58 rue Richelieu, Paris IIe

Métro Bourse, Palais Royal, Pyramides

Bus: 20, 21, 27, 85, 74, 39

Entrée: 7 euros, Tarif réduit: 5 euros

Mardi-samedi 10h/19h

Dimanche 12h/19h

Fermé lundi et jours fériés

 

 

 

Parcours d'obstacles

Lundi 22 mars, une vingtaine d'étudiants d'une école de commerce lilloise (Ieseg) proposent à des valides de faire quelques mètres en fauteuil roulant. Le parcours se déroule dans l'école, un bâtiment adapté aux personnes handicapés. Et pourtant, l'expérience vire rapidement au parcours de combattant: portes trop lourdes, passages trop étroits... Revue de détails en image.

photofauteuil roulant.jpg

Première étape pour entrer dans cette école: passer le rail du portail.

 


Clip 27
envoyé par mm_787

 

Deuxième étape: emprunter la rampe justement conçue pour les non-valides. Effort garanti.

 

 

Troisième étape: se faufiler aux toilettes handicapés.

 


Toilette
envoyé par mm_787

 

Quatrième étape, et non des moindres: ouvrir la porte

 

 

Heureusement, le chemin du retour, sur la rampe, est beaucoup plus facile

 


La déscente
envoyé par mm_787

 

Une semaine pour décrocher son passeport "handimanagement"

L'exérience s'intègre dans une série d'activités (dîner dans le noir, cours de braille ou de langue des signes...) qui permettront aux étudiants de décrocher leur passeport "handimanagement". Un label proposé par 33 écoles françaises et destiné à prouver aux futurs employeurs que les étudiants managers ont été confrontés à des situations de handicap.

Alexandra, bénévole de l'association handimanagement, dévoile les dessous de l'opération:

 

 

 

Et qu'en est-il en sortant dans les rues lilloise sur quatre roues? La suite ici.

 

 

Chi Zang et Haude-Marie Thomas

 

Dans la presse régionale :

"Des actions pour sensibiliser à la question du handicap", La Voix du Nord, 23-03-09

"Comines: l'office de tourisme fait plus pour accueillir les handicapés", La Voix du Nord, 21-03-09""

"Label tourisme et handicaps", Nord Eclair, 21-03-09

 

 

23/03/2009

LA FRANCE ET L’ECONOMIE D’ENERGIE NE FONT PAS BON MENAGE

Samedi 29 mars, l’organisation non gouvernementale WWF invite les terriens à couper l’électricité de 20h30 à 21h30 pour lutter contre le réchauffement climatique. Objectif : prouver qu’à travers ce simple geste, la consommation énergétique est réduite, et que les émissions de gaz à effet de serre diminuent.



En 2007, Sydney lance l’offensive. 2 millions d’habitants éteignent la lumière, même le célèbre Opéra participe au black-out. L’année suivante, le message s’est propagé faisant de cet événement local, une initiative mondiale. De San Francisco à Tel-Aviv, en passant par Atlanta, Bangkok et Toronto, la terre va se retrouver durant une heure, plongée dans le noir.

Au total, 85 nations participent à « Une heure pour la Terre ». Pourtant, un pays manque à l’appel : La France. En 2008, la mobilisation dans l’Hexagone se fait à petite, très petite échelle. L’événement passe inaperçu, ni l’Etat ni les mairies ne prennent d’initiatives.

À quelques jours de la manifestation, WWF espère atteindre 2009 le milliard de participants. D’ailleurs, avec le slogan  « Vote for Earth » l’association espère sensibiliser le citoyen à très grande échelle. Le message est simple :  la terre nous appartient  tous, peu importe l’endroit d’où l’on vient, il est nécessaire d’agir ensemble.

Une devise qui semble avoir eu son « petit » effet sur la France. La capitale française a décidé d’organiser un point presse à 20h au pied de la tour Eiffel, suivi d’une extinction de feu de 20h30 à 20h35... De quoi laisser perplexe le citoyen français.

 

Laura Sprung

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu