Avertir le modérateur

26/11/2009

Iverson annonce sa retraite

 

Sans club depuis son départ de Memphis, début novembre, le basketteur américain aurait exprimer le souhait de quitter définitivement les parquets.

allen-iverson.jpg«Je tiens à annoncer mon intention de me retirer de la NBA». Allen Iverson, 34 ans, a créé la surprise hier en annonçant dans un communiqué publié sur le site du journaliste indépendant Stephen A. Smith, stephena.com, son intention de mettre fin à sa carrière de joueur professionnel.

Arrivé au début de la saison à Memphis, le joueur a quitté les Grizzlies en novembre, après avoir à peine joué trois rencontres, mécontent de son statut de remplaçant.

Déjà sa saison dernière n'avait pas été très réussie après son transfert de Denver à Detroit. Il n'avait pas joué la fin de la saison, refusant là encore, un statut de remplaçant.

Une fin de carrière chaotique

Aujourd’hui, face au manque de propositions concrètes, le basketteur a dû se rendre à l'évidence. Plus aucune franchise ne semble prête à engager le joueur. Incapables de pouvoir satisfaire les prétentions salariales élevées d’Iverson, les New York Knicks ont fini par renoncer à engager le joueur ces derniers jours.

Surtout, engager Iverson semble faire courir le risque à une équipe de faire voler en éclats son collectif. Joueur d’exception, l’ancien arrière des Sixers n’a pas toujours été un coéquipier exemplaire, ne se satisfaisant que du rôle de leader. Un statut qu’il ne justifiait pas toujours par son attitude sur et en-dehors du terrain.

Ainsi, hormis en 2001 et l’accession des Sixers de Philadelphie aux NBA Finals, ses équipes n’ont que très rarement brillé. Son manque d’altruisme semble aujourd’hui avoir décourager plusieurs franchises à lui accorder une dernière chance.

Un des plus grands joueurs de l’Histoire de la NBA

Surnommé The Answer (« La réponse ») par son sponsor, l'équimentier Reebok, en réponse à la question « Qui sera le successeur de Michael Jordan ? », Iverson n’en restera pas moins comme l’un des meilleurs joueurs de NBA de ces dernières années.
Choisi comme numéro 1 de la draft en 1996 par Philadelphie, Iverson a très vite justifié son statut de grand espoir du basket. Malgré un petit gabarit (1m83, 75 kg), il a pendant treize saisons enfilé les points grâce à une vitesse hors du commun et une endurance sans faille.

 


Au cours de sa carrière, Iverson aura remporté essentiellement des distinctions individuelles, terminant meilleur marqueur de la NBA à quatre reprises (1999, 2001, 2002 et 2005) et étant sélectionné à dix reprises pour le All-Star Game.

Iverson était l'un des quatre seuls joueurs encore en activité dans la ligue NBA à avoir inscrit plus de 20 000 points dans sa carrière (à côté de Kobe Bryant, Kevin Garnett et Shaquille O'Neal).

Ces seuls faits d’armes au niveau collectif resteront la finale NBA perdue avec Philadelphie en 2001, face aux Lakers de Los Angeles et une médaille de bronze aux JO d'Athènes en 2004 avec les Etats-Unis. Un palmarès plutôt maigre au regard de l’extraordinaire talent de ce joueur

 

Sébastien Billard

16:08 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : basket, retraite, nba, iverson

Poumons ou tribunaux: l’amiante est toujours vivace

Joseph Cuvelier, ex-patron d’Eternit, devant les tribunaux. Accusé de ne pas avoir protégé ses ouvriers contre le minerai cancérogène, les victimes veulent une réévaluation de leurs indemnités. images.jpg

Leader français de l’amiante-ciment, Eternit fabriquait des tôles ondulées et tuyaux à base d’amiante pour le bâtiment. Ce minerai tue dix personnes par jour en France, 10.000 morts d’ici 2030. Classé cancérogène depuis trente ans, l’amiante n’a été interdit qu’en 1997. Aujourd’hui de nombreux bâtiments ne sont pas désamiantés ou partiellement. Côté travailleurs, les cancers pullulent.

Pourquoi l’amiante est dangereux?

L'institut national de recherche et de sécurité explique que l’amiante est un minerai fibreux. Il est capable de se diviser en d’infimes particules. L’inhaler régulièrement et à forte dose, c’est attirer ces particules à l’intérieur de son corps. Conséquences: des cancers (poumons, plèvre) et l’asbestose (maladie pulmonaire chronique) apparaissent une dizaine d’années après l’exposition. Cliquez ici pour en savoir plus.

Pourquoi utilise-t-on l’amiante?
Ce minerai est peu coûteux et possède de nombreuses caractéristiques comme la résistance au feu et à l’acide.
On utilise l’amiante principalement dans la construction pour l’isolation. En France, 90% de l’amiante était mélangé avec du ciment pour la construction de tôles, tuyaux, canalisation, plaques d’isolation. Même si l’amiante est présent dans les bâtiments, ses usagers sont faiblement exposés. Le danger concerne essentiellement les travailleurs.

Ça fait trente ans qu’on connaît les dangers de l’amiante, que dit la loi aujourd’hui?
Le pic d’exploitation du minerai se situe dans les années 1970 (chronologie sur Wikipédia). En 1976, le Centre international de recherche sur le cancer classe l’amiante comme un composant cancérogène pour l’homme. L’année suivante, la France établit un taux d’exposition maximal. C’est vingt ans plus tard que l’amiante est interdit d’exploitation et d’importation en France. Le problème n’est pas pour autant résolu. De nombreux bâtiments en France n’ont pas été désamiantés, comme l’université de Jussieu à Paris. Pour les associations, les indemnités reversées par le FIVA ne sont pas à la hauteur du préjudice subi. Des entreprises ont été condamnées pour ne pas avoir respecté l’interdiction de 1997, mais aucune ne l’a été pour mise en danger de ses ouvriers.

Est-ce que l’amiante est une affaire classée?

Non. La mise en examen de Joseph Cuvelier, ex-patron d’Eternit, en est la preuve. La question centrale du procès est de comprendre pourquoi l’Etat a mis vingt ans pour interdire l’amiante, alors que ses dangers étaient déjà connus. La condamnation d’Alstom en 2006 pour avoir exposé ses salariés à l’amiante est une victoire pour les victimes. L’entreprise a écopé de la peine maximale : 75.000€. Pour autant, les familles des victimes demandent toujours réparations, le nombre de contaminé est encore indéterminé. L’amiante reste encore un produit commercialisé dans le monde.

Les ouvriers du nucléaire sont-ils le nouveau scandale de l’amiante?
Le documentaire d’Alain de Halleux, RAS Nucléaire rien à signaler donne la parole à ces travailleurs. Ils expliquent les radiations reçues, leurs problèmes de santé et le désengagement de leur société-mère : Areva. A la différence de l’amiante, la sous-traitance dans l’industrie du nucléaire fait porter la responsabilité sur les questions de sécurité aux entreprises intermédiaires. Celles-ci ayant une courte durée de vie, personne ne serait légalement responsable. Rendez-vous dans vingt ans.

Julie Lallouët-Geffroy

Pour les curieux:
- Le cas du désamiantage de Jussieu, explications des traces d’amiante dans le bâtiment
http://www.dailymotion.com/video/xi26s_web-photos-chu-de-...
- un documentaire d’Envoyé Spécial : « Le scandale de l’amiante : un avatar du système technique industriel »,1995
http://www.ina.fr/fresques/jalons/Html/PrincipaleAccueil....
- un documentaire sur les ouvriers du nucléaire « RAS : nucléaire rien à signaler », 2009, disponible sur Artevod. Accès payant :2,99€
http://www.artevod.com/rasnucleairerienasignalerc

Yves Leterme : la dernière chance

29075_letermeune.jpg

Deuxième (et dernière ? ) chance pour Yves Leterme. Mercredi, le chrétien-démocrate flamand a été renommé Premier Ministre par le roi Albert II. Cette décision fait suite à la démission d’Herman Von Rompuy, parti présider le Conseil Européen. Bien qu’attendu, ce retour laisse sceptique une partie de la classe politique belge.

C’est avec un très lourd bagage qu’Yves Leterme reprend ce mercredi les rênes du gouvernement belge. Avec un bilan politique désastreux et des gaffes en série, sa nomination, bien que prévisible, inquiète la Belgique.

L’ancien ministre président de la Flandre, « fièrement » élu aux élections législatives de 2007 avec près de 800 000 voix avait plongé dans une crise sans précédent le pays. Incapable de former un gouvernement pendant près de huit mois, il s’était mis à dos la communauté wallonne en raison de ses penchants séparatistes. Il avait finalement présenté sa démission en juillet 2008, démission refusée par le Roi. Mais la crise économique et une affaire de plus sur le dos, celle de Fortis, avait finalement eu raison de lui en décembre 2008.

Gaffes en série

En dehors des frontières belges, on se souvient surtout de ses bévues qui avaient fait le tour de la toile. Il avait notamment confondu la Brabançonne, hymne national belge, avec la Marseillaise.

Rompant avec la tradition, il avait également évoqué ses entretiens, en principe secrets, avec le roi . Autre gaffe : Dans un entretien au quotidien français Libération, Yves Leterme avait déclaré «les francophones ne sont pas en état intellectuel d'apprendre le néerlandais».

Mais que les Belges se rassurent, cette fois-ci le Roi ne lui a pas laissé seul les commandes. Il sera encadré par Jean-Luc Dehaene. L’autre ancien Premier ministre, qui bénéficie lui de la confiance de la communauté wallonne, sera chargé des questions institutionnelles et fédérales. Il secondera Yves Leterme dans son mandat de la dernière chance.

Anissa Herrou

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu