Avertir le modérateur

27/11/2009

Changement climatique: Sarkozy speaks Commonwealth maintenant

Jeudi il était au Brésil pour parler d’un « accord sur le climat » avant de continuer le lendemain  à Trinidad et Tobago pour la même mission au sein du Commonwealth.  Mais qu’est ce qui fait tant courir Sarko ?                                                    Par Sami Bruno

L’homme est devenu Omnimondial depuis que Barack Obama est arrivé au pouvoir aux Etats Unis. Tant que c’était Georges Bush, Sarkozy ne se cassait pas la tête. De toute manière Bush s’est auto discrédité par ses guerres en Afghanistan et en Irak.  

En revanche l’espoir qu’a suscité l’élection de Barack Obama, le rêve drainé par le hissement d’un noir au sommet du plus puissant Etat du monde fait un grand jaloux. Au moins bien déclaré : Sarkozy ne comprend plus rien dans cette histoire. « C’est Barack qui a perdu deux élections partielles dans son pays en l’espace d’un an de mandat. Mais c’est lui que l’opinion publique internationale aime le plus » . Et au chef français de dialoguer avec son ego: «  qu’est ce qui est mieux : faut-il être aimé par le monde entier et  désapprouvé à l’intérieur par son électorat. Eh bien, moi j’ai fait mieux. A mi-mandat, j’ai déjà gagné et les municipales et les européennes. » Voilà une guerre de l’image déclarée de façon unilatérale par Sarkozy.
… A deux mois du rassemblement mondial au chevet du climat, Sarkozy  avait envoyé Jean Louis Borloo, son ministre de l’Environnement en son nom propre et au nom de la République, prêcher la parole de la France aux Africains regroupés à Ouagadougou. Et la coalition s’est formée autour de l’ « Identité climatique ». Parce que la  France défend les droits de tous les hommes. Surtout ceux des pauvres comme les habitants des 53 pays d’Afrique. Vos problèmes sont nos problèmes. …
Objectif bien sûr : sauver le sommet de Copenhague qui s'ouvre dans tout juste dix jours et qui risque bien, faute d'engagements précis, de se solder par un « compromis au rabais ». « C'est hors de question », clame Sarkozy chez Lula, le Brésilien. Et au Français de dénoncer tout le manque d'engagement de la Chine et des Etats-Unis, les deux plus gros pollueurs du monde, et la nécessité impérieuse « d'agir pour sauver l'humanité et la planète ».
En chef de la Francophonie, Nicolas Sarkozy va plaider avec ferveur la cause du climat ce vendredi devant 53 autres pays, ceux du Commonwealth, au cours de la réunion plénière de l’Assemblée. Il espère continuer à faire bouger les lignes lors des entretiens qu’il aura en tête à tête dans la matinée en bilatérale avec le Premier ministre indien Manmohan Singh, puis avec le président sud-africain Jacob Zuma. Nicolas Sarkozy ne désespère pas de rallier les dirigeants de ces deux grands pays émergents à la cause climatique. Tout comme il prétendrait avoir sauver l’économie mondiale lors des sommets du G8 à Londres et à Pittsburgh.

23/03/2009

Obama, un « pauvre ignorant » selon Chavez

« Il m’accuse d’exporter le terrorisme : le moins que je puisse dire est “Pauvre ignorant” ; il devrait lire et étudier davantage pour comprendre la réalité latino-américaine ». Hugo Chavez défraie une nouvelle fois la chronique par ses propos. Mais c’est la toute première fois qu’il s’attaque ainsi au président américain Barack Obama.

Le chef de l'État vénézuélien, leader bolivariste sud-américain, s'était jusqu'à présent montré discret vis-à-vis du nouveau locataire de la Maison Blanche. Il semblait attendre de voir agir Obama avant de prendre position.

Les relations entre Caracas et Washington sont tendues depuis septembre dernier, quand Chavez avait expulsé l'ambassadeur américain, provoquant ainsi le renvoi de l'ambassadeur vénézuélien de Washington.

« Quand j'ai vu Obama dire ce qu'il a dit, j'ai remis au placard la désigation [d'un nouvel ambassadeur], désormais j'attends », déclare Chavez. Il veut des preuves de bonne volonté de la part de son homologue.

 

Deux mois de retard

Photo Chavez-Obama.jpgLa violence des termes d’Hugo Chavez envers Barack Obama laisse pourtant perplexe. Si le président américain a bien accusé son confrère vénézuélien d’apporter une aide aux terroristes – et d’aider les guérilleros colombiens – l’interview a été donnée en janvier.

Samedi, Chavez prodiguait toujours des conseils au président américain : « Si tu as besoin d'un conseil, je te dirais de choisir le socialisme ».

Pourquoi une telle violence le lendemain ? L'approche du Sommet des Amériques sans doute. Du 16 au 19 avril, tous les États du continent américain, à l'exception de Cuba, se réuniront à Trinité-et-Tobago. Alors que neuf États d'Amérique Latine doivent tenir des élections en 2009, la tribune sera le lieu idéal pour Chavez de faire passer ses idées.

 

Isabelle Raynaud

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu