Avertir le modérateur

26/11/2009

Poumons ou tribunaux: l’amiante est toujours vivace

Joseph Cuvelier, ex-patron d’Eternit, devant les tribunaux. Accusé de ne pas avoir protégé ses ouvriers contre le minerai cancérogène, les victimes veulent une réévaluation de leurs indemnités. images.jpg

Leader français de l’amiante-ciment, Eternit fabriquait des tôles ondulées et tuyaux à base d’amiante pour le bâtiment. Ce minerai tue dix personnes par jour en France, 10.000 morts d’ici 2030. Classé cancérogène depuis trente ans, l’amiante n’a été interdit qu’en 1997. Aujourd’hui de nombreux bâtiments ne sont pas désamiantés ou partiellement. Côté travailleurs, les cancers pullulent.

Pourquoi l’amiante est dangereux?

L'institut national de recherche et de sécurité explique que l’amiante est un minerai fibreux. Il est capable de se diviser en d’infimes particules. L’inhaler régulièrement et à forte dose, c’est attirer ces particules à l’intérieur de son corps. Conséquences: des cancers (poumons, plèvre) et l’asbestose (maladie pulmonaire chronique) apparaissent une dizaine d’années après l’exposition. Cliquez ici pour en savoir plus.

Pourquoi utilise-t-on l’amiante?
Ce minerai est peu coûteux et possède de nombreuses caractéristiques comme la résistance au feu et à l’acide.
On utilise l’amiante principalement dans la construction pour l’isolation. En France, 90% de l’amiante était mélangé avec du ciment pour la construction de tôles, tuyaux, canalisation, plaques d’isolation. Même si l’amiante est présent dans les bâtiments, ses usagers sont faiblement exposés. Le danger concerne essentiellement les travailleurs.

Ça fait trente ans qu’on connaît les dangers de l’amiante, que dit la loi aujourd’hui?
Le pic d’exploitation du minerai se situe dans les années 1970 (chronologie sur Wikipédia). En 1976, le Centre international de recherche sur le cancer classe l’amiante comme un composant cancérogène pour l’homme. L’année suivante, la France établit un taux d’exposition maximal. C’est vingt ans plus tard que l’amiante est interdit d’exploitation et d’importation en France. Le problème n’est pas pour autant résolu. De nombreux bâtiments en France n’ont pas été désamiantés, comme l’université de Jussieu à Paris. Pour les associations, les indemnités reversées par le FIVA ne sont pas à la hauteur du préjudice subi. Des entreprises ont été condamnées pour ne pas avoir respecté l’interdiction de 1997, mais aucune ne l’a été pour mise en danger de ses ouvriers.

Est-ce que l’amiante est une affaire classée?

Non. La mise en examen de Joseph Cuvelier, ex-patron d’Eternit, en est la preuve. La question centrale du procès est de comprendre pourquoi l’Etat a mis vingt ans pour interdire l’amiante, alors que ses dangers étaient déjà connus. La condamnation d’Alstom en 2006 pour avoir exposé ses salariés à l’amiante est une victoire pour les victimes. L’entreprise a écopé de la peine maximale : 75.000€. Pour autant, les familles des victimes demandent toujours réparations, le nombre de contaminé est encore indéterminé. L’amiante reste encore un produit commercialisé dans le monde.

Les ouvriers du nucléaire sont-ils le nouveau scandale de l’amiante?
Le documentaire d’Alain de Halleux, RAS Nucléaire rien à signaler donne la parole à ces travailleurs. Ils expliquent les radiations reçues, leurs problèmes de santé et le désengagement de leur société-mère : Areva. A la différence de l’amiante, la sous-traitance dans l’industrie du nucléaire fait porter la responsabilité sur les questions de sécurité aux entreprises intermédiaires. Celles-ci ayant une courte durée de vie, personne ne serait légalement responsable. Rendez-vous dans vingt ans.

Julie Lallouët-Geffroy

Pour les curieux:
- Le cas du désamiantage de Jussieu, explications des traces d’amiante dans le bâtiment
http://www.dailymotion.com/video/xi26s_web-photos-chu-de-...
- un documentaire d’Envoyé Spécial : « Le scandale de l’amiante : un avatar du système technique industriel »,1995
http://www.ina.fr/fresques/jalons/Html/PrincipaleAccueil....
- un documentaire sur les ouvriers du nucléaire « RAS : nucléaire rien à signaler », 2009, disponible sur Artevod. Accès payant :2,99€
http://www.artevod.com/rasnucleairerienasignalerc

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu