Avertir le modérateur

24/03/2009

L’Etat veut priver Thierry Morin de son parachute doré

front-34-image-314043.jpg

Ce matin, le journal Libération a révélé un nouveau scandale patronal : le PDG Thierry Morin quitte Valéo avec un parachute doré de 3,2 millions d’euros (soit deux ans de salaire). 
Une somme étourdissante à en juger l’état de santé du sous-traitant automobile qui a perdu 207 millions d’euros en 2008, et prévoit 1600 suppressions d’emplois.
Cette prime de départ ne laisse ni la majorité, ni l’opposition de marbre. Ce matin sur Europe 1, Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, annonçait que l’Etat s’opposerait au versement du parachute doré : « L'Etat a accompagné cette société et je trouve choquant que dans le contexte actuel, on mette en place ce type de rémunération ». Avec la création du fonds d’investissement stratégique, l’Etat a injecté en février 19 millions d’euros d’aide, et possède 8 % du capital du groupe. Eric Woerth, ministre du budget, juge « anormal et provocateur » que Thierry Morin perçoive une telle somme. Le député socialiste Claude Bartolone estime qu’il faut une loi sur les rémunérations des chefs d’entreprises.
Selon le rapport du groupe, pour que la totalité de la prime soit attribuée au PDG de Valéo, le dirigeant devait satisfaire à des critères de performance. Morin est ainsi jugé sur cinq critères. Selon l’Etat, il n’en a rempli que trois, mais pour le conseil d'administration pas question d’imputer au PDG la perte de l'exercice due au plan de restructuration.

Laura Sprung

Sources : Libération, Le Figaro.fr, Europe 1, Reuters, AFP

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu