Avertir le modérateur

23/03/2009

Retour sur la folie netbook

amd_netbook.jpg En 2007, le constructeur d'ordinateur Asus lançait un ordinateur d'un nouveau genre : le Eee 701. Petit, léger, et surtout à 300€, ce premier « ultra-portable low-cost » a ouvert la voie à une nouvelle génération d'ordinateurs qui a progressivement envahi les rayons des magasins, les netbooks. L'année 2008 fut la consécration de ces modèles que toutes les marques se sont mises à décliner à leur sauce devant la rentabilité et la potentialité du marché. Plus de 100 modèles étaient ainsi recensés début 2009, en plus des populaires Asus Eee 901, Acer Aspire One et Dell Inspiron Mini. L'institut IDC estime que 30% des ordinateurs portables vendus en Europe l'année dernière étaient des netbooks. En octobre 2008, Asus annonçait quatre millions d'EeePc vendus dans le monde en un an, et une progression annuelle du chiffre de vente de la marque de 338%  rien qu'en France.


Pourquoi ça marche ?

Le succès de ces modèles réduits tient à une approche fondée sur l'usage réel et non la performance de l'informatique. Avec l'Eee PC, Asus a parié sur des clients intéressés par des machines simples et nomades, capables d'aller sur internet, d'envoyer des mails, d'écrire du texte, de regarder des DivX... Soit un outil à la croisée de la station de travail, du téléphone et du baladeur multimédia, qui conserve la souplesse d'un ordinateur : son clavier, son écran, sa possibilité d'installer des logiciels et de retrouver une interface internet comme à la maison.

Le fabricant chinois Lenovo vante les possibilités d'un netbook avec rien de moins qu'un court-métrage. Notez le coeur de cible publicitaire: l'étudiante lambda.

 

Attention, les netbooks ne sont clairement pas conçus pour être les ordinateurs principaux des utilisateurs, mais plutôt pour devenir le petit second capable de les suivre au travail, en amphi ou dans le train sans encombrement. D'où son prix, étudié pour ne pas être prohibitif alors que beaucoup de gens possèdent déjà un ordinateur. Mais, en contexte de crise, la promesse d'un ordinateur portable complet pour moins de 400€ a également séduit les budgets serrés.

asus-eeepc-photo.jpg
Et en plus, il rend sexy


Cette approche et les contraintes budgétaires du « low-cost » ont rapidement conduit à la standardisation du matériel utilisé : le processeur Intel Atom (spécialement conçu pour les Netbook, à la consommation électrique réduite), un écran 8, 9 ou 10 pouces (format A5), 512 ou 1024 Mo de mémoire vive, une carte Wifi de base, un disque dur de 160Go ou des cartes de stockage SSD de type flash de 4, 8, 16 ou 20Go. Des spécifications qui n'ont rien à voir avec les standards actuels des ordinateurs de moyenne gamme, qui rivalisent en processeurs et cartes graphiques pour applications gourmandes (jeux, édition vidéo/photo), en stockage ou en gadgets (lecteurs Blu-Ray, graveurs DVD, reconnaissance tactile...). Ils font également pâle figure aux côtés des ultra-portables classiques (MacBook, Vaio...) qui coûtent cependant quatre fois plus cher.

Mais un netbook n'est pas là pour être performant : ce qui attire le consommateur est la simplicité, et la promesse d'un usage courant et permanent de l'informatique. Les systèmes d'exploitation Linux, qui remplacent souvent Windows sur ces machines pour économiser 100€ à l'acheteur, ont ainsi été adaptés pour des utilisateurs qui ne veulent pas se prendre la tête avec des programmes qu'ils ne maîtrisent pas.

00663408.jpg
L'interface Linux Ubuntu du Eee Pc: de grosses icônes, et un menu réduit à "Internet, Travail, Jeux"

Les constructeurs jouent également à fond la carte de l'outil ultime du multimédia, qui permet une connexion permanente à internet. Le succès des netbooks en France est largement du aux offres proposées par les opérateurs Orange, SFR et Bouygues qui proposent des packs netbooks + clé 3G à des prix attractifs, avec un forfait qui utilise le réseau téléphonique pour surfer sur le net.

Les limites

Les netbooks sont cependant loin d'être des machines parfaites. Des problèmes persistent: celui de la taille, tout d'abord, qui rebute plus d'un novice et tous ceux qui ne veulent pas abandonner le confort d'un clavier et d'un écran standard. En outre, la majorité des batteries actuelles ne proposent en moyenne que 2 ou 3 heures de batterie. C'est peu, très peu au regard de l'usage prôné pour ces ordinateurs.

Des défauts que s'acharnent à résoudre les constructeurs, qui promettent pour 2009 des dizaines de modèles incorporant les innovations au service de la mobilité : meilleures batteries, optimisation matérielle et même intégration d'écrans tactiles, à l'image des téléphones mobiles. Bref, on n'a pas fini d'entendre parler des netbooks...

Sites conseillés: Blogeee et Laptopspiritpour des tests, des guides d'achat et de l'actualité sur les netbooks

 

Michaël Szadkowski

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu